Nous savons que la vie d’un-e étudiant-e n’est pas tou­jours un long fleuve tran­quille… Il n’y a pas de rai­son que celle des les­biennes, gays, bis et trans fasse exception !

Nom­breuses et nom­breux sont celles et ceux d’entre nous qui se posent des ques­tions sur leur ave­nir pro­fes­sion­nel, amou­reux, fami­lial, etc… Il n’est pas rare que nous ayons du mal à com­prendre notre dif­fé­rence ou que cette dif­fé­rence nous fasse craindre d’être moqué-e-s, voire rejeté-e-s. Cer­tains d’entre nous sont débous­so­lés : ils-elles ont bien conscience de n’être pas tout-à-fait hété­ros sans pour autant se pro­je­ter dans un ave­nir.

Néan­moins, nous serions mal­hon­nêtes de ne rete­nir que ces aspects pénibles ! Beau­coup d’entre nous vont très bien : il suf­fit par­fois d’un petit coup de pouce pour sur­mon­ter ce qui parais­sait être un mon­tagne… Rap­pe­lons quelques évidences…

  • L’orientation sexuelle et l’identité de genre ne sont qu’une par­tie de la per­son­na­lité tou­jours riche et com­plexe d’un indi­vidu. Il n’y a donc pas de rai­son de « faire une fixette » sur cet aspect. Nous sommes homos, bis, trans… Mais pas QUE ça : ne nous lais­sons pas réduire à ce qui n’est qu’un trait de nous-mêmes !
  • Quoi qu’il en soit, l’homosexualité, la bisexua­lité et le trans­sexua­lisme ne sont en aucun cas des tares ou des vices. En France comme dans la plu­part des pays occi­den­taux, nous sommes recon­nus comme des citoyens à part entière et la société nous accepte plei­ne­ment. De jour en jour, les choses s’améliorent !
  • À toi de choi­sir le rythme de la réflexion et de l’acceptation. Cette ques­tion intime de notre vie sen­ti­men­tale et de notre iden­tité nous appar­tient et c’est à nous de déci­der quand nous vou­lons en par­ler et quand nous pré­fé­rons ne rien dire.
  • Tu n’es pas seul-e !Il y a pro­ba­ble­ment dans ton entou­rage quelqu’un qui a envie de par­ler avec toi, et à qui tu aime­rais par­ler : cer­tains de tes amis, des membres de ta famille, des ensei­gnants… Autour de toi, il y a for­cé­ment des filles et des gar­çons qui tra­versent (ou ont tra­versé) les mêmes périodes de doute : à toi de les trou­ver ! Mais ce n’est pas tout : il existe d’autres res­sources pour trou­ver de l’aide et être écouté-e.